Le Ramadan

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Le Ramadan,

L’un de piliers fondamental pour tout musulman réside en l’observation du mois de Ramadan.

Selon la tradition islamique appelé Sunna, l’archange Gabriel est apparu au prophète Mohammed ( Que la paix soit sur lui) lors de la 27 ème nuit du mois de ramadan pour lui révéler le Coran.

C’est la «  Nuit du destin » (Laylat al-Qadr). Afin de célébrer cet événement majeur de l’Islam, le jeûne a été instauré durant ce mois sacré de ramadan la deuxième année de l’Hégire (le calendrier islamique), soit en 624 de l’ère chrétienne.

Mais en quoi consiste ce moment fort de sa foi pour tout musulman ?

Le Ramadan est à la fois une fête du Coran (valeur commémorative, puisque c’est le mois où « le Coran descendit comme direction pour les hommes » – II, 185) et un jeûne prescrit.

Le jeune ne se limite pas à une privation de nourriture et d’eau entre le lever du soleil et son coucher mais consiste en un temps de spiritualité particulièrement intense. Il invite à se détacher des emprises matérielles et charnelles que l’Homme côtoie dans toute société moderne.

Les musulmans se doivent de faire plus d’efforts pour suivre les enseignements de l’Islam et éviter toutes attitudes et tous comportements contraires aux commandements de leur religion.
Le Ramadan a ainsi pour but de libérer l’être humain des entraves de la prison des habitudes, de la consommation aveugle, de la routine et du rendement. Par cela il renforce sa spiritualité et sa soumission à Dieu (Musulman veut dire celui qui est soumis-à Dieu-).
Il s’agit en fait de vivifier sa spiritualité, l’initiation à une véritable libération par le jeûne du corps.
C’est une invitation à appréhender la présence divine en toute légèreté.

 La solidarité manifestée à cette occasion est aussi un moyen pour toute la communauté des musulmans de se souder et de pratiquer l’aumône envers les plus démunis.

Lorsqu’une personne ne peut jeûner notamment pour des raisons de santé, elle peut soit rattraper plus tard les jours manqués, soit les compenser par la préparation de repas pour les pauvres ou au travers d’action de solidarité.

Enfin, les jeûneurs s’acquittent de la Zakatt-al-Fitr (l’aumône obligatoire) à la fin du ramadanElle a pour objet de venir en aide aux plus pauvres. La fin du mois du ramadan est marquée par la fête de l’Aïd-el-Fitr qui célèbre la clôture du jeûne, le premier jour du mois suivant.

 Ont participé à la  rédaction :

Catherine Ansieau, Jack Caillod, Veronica Giraud, Marion Lecouturier, Abdallah Oubella, Brahim Oubella, Henri Perrot, Jean Vincent Pompei, Michel Sanmarco, Christine Schulz-Robellaz et Séverine Sebagh

Ne manquez pas aussi...

L’Aïd al-Fitr

L’Aïd el-Fitr, deuxième fête de l’islam est aussi parfois appelée Aïd es-Seghir, la petite fête, par opposition à l’Aïd el-Kébir, la grande

Chavouot

Chavouot est une fête juive de deux jours, célébrée cette année du 8 au 10 juin 2019 qui coïncide avec la date

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *